Abus Sexuels/Casques bleus: Le conseil de sécurité conscient

Par Nouvelliste


publiee le : 2017-06-25 12:51:02


Abus Sexuels/Casques bleus: Le conseil de sécurité conscient

Le Représentant permanent de la Bolivie auprès des Nations Unies, Sacha Llorenti, faisant office de président du Conseil de sécurité des nations unies unies pour le moi de juin, à fait le bilan du séjour de 2 jour de ce Conseil en Haïti. Il a réaffirmé l’engagement du Conseil de sécurité des Nations Unies vis-à-vis du gouvernement et du peuple Haïtien, et vis-à-vis du renforcement institutionnel afin de contribuer à la stabilité et au développement d’Haïti.

 

Le Conseil de sécurité des Nations-Unies est conscient du problème que représentent les abus sexuels des casques bleus en Haïti. Cette réponse a été fournie au terme de la conférence de presse bilan du Conseil sur son séjour en Haïti. Selon le diplomate Sacha Llorenti, le Conseil de sécurité va discuter de cette nébuleuse. "Le Secrétaire général comme vous le savez, a souligné sa politique de tolérance zéro face aux abus sexuels", souligne-t-il. 

 

Autre passif des forces onusiennes en Haïti, évoqué par le diplomate, la question du choléra. Comme il l'avait affirmé au palais national jeudi dernier, le représentant permanent de la Bolivie a fait savoir que le Conseil qu'il dirige durant le mois de juin réitère son plein appui à la nouvelle approche qui a été soumise par le Secrétaire général. "Il a récemment été un rendez-vous très crucial pour atteindre nos objectifs communs et un soutien continu du système des Nations Unies et des autres partenaires au niveau bilatéral et bien sûr, nous continuerons d'être engagés dans ce problème particulier", a-t-il dit. 

 

Par ailleurs, Sacha Llorenti a tenu à mettre l'emphase sur la contribution importante de la force multinationale en Haïti, notamment dans les situations difficiles. "En effet, la MINUSTAH était auprès du peuple haïtien dans des moments très difficiles. Je pense à l’ouragan Matthew et même au séisme qui a frappé le pays. Et dans le même temps, la MINUSTAH a coopéré avec les institutions haïtiennes pour mener à bien le processus électoral. C’est une contribution importante qu’il y a lieu de souligner", a-t-il rappelé. 

 

 Par ailleurs le diplomate a exprimé sa satisfaction du séjour des 15 membres du conseil de sécurité en Haïti. Selon lui, les objectifs ont été atteints. "Nous avons réaffirmé l’engagement du Conseil de sécurité des Nations Unies vis-à-vis du gouvernement et du peuple Haïtien, et vis-à-vis du renforcement institutionnel afin de contribuer à la stabilité et au développement d’Haïti. Nous avons rencontré son excellence le président Jovenel Moïse et son gouvernement, le parlement, la police nationale, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire, les représentants de l’Office de de protection du citoyen, la Cour supérieure des comptes et les représentants de la société civile et du secteur privé", détaille-t-il, soulignant que ses rencontres leur ont permis de mieux comprendre les difficultés rencontrées par le gouvernement et le peuple haïtien dans le nouveau contexte politique. 

 

Sacha Llorenti a fait remarquer que le pays est heureusement entré dans une nouvelle période de stabilité. Une période qui offre, selon lui,  de nouvelles perspectives importantes au gouvernement et aux autres institutions de l’Etat leur permettant de lancer leur programme de réformes qui est absolument nécessaire pour que Haïti rejoigne la voie du développement durable.

 

Sur la question de la transition de la MINUSTAH vers la MINUJUSTH, le diplomate dit comprendre les préoccupations et les attentes. "Nos interlocuteurs nous ont donné des informations de première main qui nous ont permis de mieux saisir différents aspects et conditions nécessaires à la mise en œuvre réussie du mandat de la MINUJUSTH établi par la résolution 2350. Nous pensons que la nouvelle mission s’inscrit dans le cadre d’une stratégie visant à assurer une transition continue et progressive vers le développement.

 

Nos interlocuteurs nous ont rappelés que la paix et la sécurité sont intimement liées aux besoins fondamentaux de la population. Si ces besoins fondamentaux par exemple en matière de santé, d’éducation, d’eau et d‘assainissement ne sont pas assurés, il sera difficile voire impossible de parvenir à une stabilité durable et au développement", a-t-il fait savoir.

 

Enfin, le président du conseil de Sécurité, qui a souligné que ce dialogue avec les interlocuteurs haïtiens n'est qu'à ses débuts, a exprimé la fierté du conseil vis à vis du travail de Sandra Honoré. "Nous sommes ici pour montrer que nous appuyons ce travail, que nous appuyons la Représentante spéciale ainsi que son équipe", a-t-il dit.

 

Jean Daniel Sénat source le nouvelliste


Commentaire :





Ecouter la radio Petit-Goavien



bios BIOS (Bloc D'innovateur Pour L'optimisation d'un Systeme)

Veuillez Nous Contacter pour toutes les services Informatique (Création de site internet, Création d'application bureautique et Mobile, Maintenance etc...)

Visiter Notre Site Web