La fête de la musique : Un événement culturel sans frontières

Par Robert Noel


publiee le : 2017-06-21 13:20:48


La fête de la musique : Un événement culturel sans frontières

La musique fait partie intégrante de la vie d’un peuple. Elle permet de l’identifier. La date du 21 juin a été choisie en France en 1982, pour célébrer la fête de la musique. Elle devient une tradition dans au moins 120 pays. Cette date coïncide avec le commencement du solstice d’été, c'est-à-dire le début de la saison estivale.

 

Le ralliement national sans distinction de classe

 

C’est l’occasion pour que tous les genres musicaux soient mis en valeur. En cette date précise, le ministère haitien de la Culture devrait offrir des concerts gratuits sur la place publique et cela à travers tout le pays.  Une telle démarche donnerait la possibilité aux groupes musicaux d’établir un lien direct avec ce peuple qui prend cet art pour exutoire afin d’alléger sa souffrance. 

 

Un tel événement permettra aussi de mettre en évidence toutes les tendances musicales haïtiennes : Konpa, rara, rabòday, racine, rap kréyol, jazz, classique et également le style des troubadours haïtiens, etc. Les Discs Jockeys (DJ) peuvent aussi y participer.  Les fanfares pourront ouvrir la célébration en défilant, dans la matinée, à travers leur ville. La participation des troubadours aiderait à la réalisation de cette fête culturelle de si grande importance. Il faut, encore une fois, rappeler que le troubadour n’est ni un rythme, ni un rite, contrairement à ce que pensent bon nombre de gens. On doit aussi éviter de le confondre avec le style sérénade. 

 

Le troubadour est un chantre national qui chante sa misère et dénonce les problèmes sociaux. Tandis qu’un musicien de sérénade «  sérénadier » chante l’amour, la nature,  la beauté féminine. La sérénade est une forme de musique conçue pour séduire une femme, où les musiciens se placent sous les fenêtres de celle qu’ils choisissent de bercer à l’aide d’une guitare ou deux. Une telle tendance se remarquait dans toutes les villes d’Haïti. Avec l’insécurité qui s’accroît de jour en jour, la musique sérénade tend à disparaître, puisque les musiciens choisissent les heures tardives pour charmer les filles quand la nature s’endort profondément

 

On ne sait trop pourquoi une telle fête n’est pas célébrée avec éclat en Haïti.  Il faut souligner que même les musiciens n’y attachent pas une grande importance. On parle souvent d’émergence d’Haïti. Pour que cela se réalise, il faut que la musique soit considérée puisqu’elle peut contribuer au développement culturel. La fête de la musique représente un moyen sûr de ralliement sans distinction de classe, d’appartenance politique ou religieuse.

 

La promotion de la musique à travers les concerts en plein air 

Cet événement culturel a pour but de faire découvrir aussi les groupes musicaux inconnus ou peu connus. Il servira de plateforme pour assurer la promotion de la musique. Ces artistes, qui participent à cette fête, bénéficieront d’une telle initiative pour se faire mieux connaître. Car ils exhiberont leur talent devant un plus large public, puisque l’entrée est gratuite. Ce qui permettra d’attirer plus de gens à ces concerts en plein air. 

 

 Cette fête de la musique pourra substituer au carnaval des fleurs et aider à réduire les dépenses,   considérant l’état anémique de l’économie haïtienne. Les groupes musicaux doivent aussi faire montre d’une compréhension collective pour apporter le soutien nécessaire afin de garantir la pleine réussite d’un tel événement culturel et, du même coup, manifester leur amour pour Haïti.  La participation gratuite des groupes musicaux confirmera leur patriotisme. 

On ne se fait point de doute que certaines gens n’ont pas les moyens financiers qui leur permettront d’avoir accès aux soirées dansantes qu’animent leurs groupes préférés. Ce sera pour eux une bonne opportunité de les voir en live et de chanter en chœur avec eux. La célébration de la fête de la musique donnera aussi la possibilité aux enfants qui ne peuvent fréquenter les boîtes de nuit de prendre part aux concerts. Bon nombre d’entre eux ont un talent musical caché qu’ils aimeraient démontrer au grand public, puisqu’on n’organise aucun concours de recherche de talents à travers le pays. 

 

Les villes de province regorgent de talents confirmés qu’on n’arrive pas à découvrir, faute d’encadrement adéquat et de moyens financiers. La fête de la culture est une plateforme sur laquelle les musiciens haïtiens doivent se tenir fermement pour propulser la musique haïtienne, toutes croyances confondues.  Les écoles de musique des villes de province produisent de bons musiciens qui restent cloîtrés dans les sections communales. Il faut qu’on crée des activités culturelles pour enfants.  

 

Il se peut bien que dans les années à venir on expose des livres qui traitent de la musique, écrits par des enfants et des adolescents qui étudient cet art. On doit se rappeler que la culture est immortelle et de ce fait la musique jouit aussi de cette immortalité.  L’Haitien est musicalement doué. Il lui manque simplement l’encadrement qu’il faut pour réussir dans toute entreprise liée à la musique. Même si cette fête ne dure qu’un jour, elle revêt une importance capitale. Elle expose un pan de la culture haïtienne : la musique dans toutes ses variantes.

 

robertnoel22@yahoo.com  


Commentaire :





Ecouter la radio Petit-Goavien



bios BIOS (Bloc D'innovateur Pour L'optimisation d'un Systeme)

Veuillez Nous Contacter pour toutes les services Informatique (Création de site internet, Création d'application bureautique et Mobile, Maintenance etc...)

Visiter Notre Site Web