Transition vers la Minujusth: Visite du Conseil de Sécurité des Nations Unies

Par Nouvelliste


publiee le : 2017-06-23 19:12:47


Transition vers la Minujusth: Visite du Conseil de Sécurité des Nations Unies

Les 15 membres du Conseil de sécurité des Nations unies effectuent une visite en Haïti du 22 au 24 juin. Ce séjour s’inscrit, entre autres, dans le cadre du suivi de la résolution 2350 dont les principaux termes concernent le départ de la MINUSTAH et l’établissement de la MINUJUSTH en Haïti. Le ministre de la Planification et de la Coopération externe, Aviol Fleurant, faisant office de chancelier a.i, et le président du Conseil de sécurité, Sacha Sergio Llorenty Soliz, ont rencontré la presse ce jeudi, en marge d’une réunion au palais national.

 

Le chef de l’État s’est entretenu avec une délégation du Conseil de sécurité des Nations unies ce jeudi au palais national. À cette rencontre « de haut niveau », à laquelle ont pris part également Sandra Honoré, représentante du secrétaire général des Nations unies, certains ministres et conseillers, Jovenel Moïse a présenté sa feuille de route et les priorités du gouvernement, selon Aviol Fleurant. Celui qui tient le rôle de chancelier ai, en l’absence d’Antonio Rodrigue, a fait savoir que cette visite du Conseil de sécurité s’est inscrit dans le cadre de la transition de la Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH) vers la Mission des Nations unies pour l’appui à la justice en Haïti (MINUJUSTH). 

 

« S’il y a la transition de la MINUSTAH vers la MINUJUSTH, cela veut dire que la mission de stabilisation étant accomplie, le changement de statut d’Haïti au regard du chapitre 7 est nécessaire. Nous espérons qu’Haïti pourra passer au chapitre 6 traitant de la résolution pacifique des différends, puisque nous ne constituons plus une menace à la paix et à la sécurité internationale », estime le ministre. 

 

Aviol Fleurant a souligné que le président a mis l’accent sur le renforcement des forces de sécurité, tout en évoquant les progrès réalisés par la Police nationale d’Haïti. « Le chef de l’État a fait part de ses convictions en ce qui a trait aux résultats escomptés pour la mise en œuvre du plan stratégique de développement de la PNH », a-t-il rapporté, ajoutant que Jovenel Moïse a aussi parlé du renforcement de l’État de droit et des droits de l’homme. Sur cet aspect-là, Aviol Fleurant n’a pas donné une réponse claire à la question de savoir pourquoi le gouvernement, qui veut renforcer l’État de droit et les droits de l’homme, refuse de renouveler le mandat de l’expert indépendant des Nations unies pour les droits humains, Gustavo Gallon. 

 

Le président a aussi abordé, selon Aviol Fleurant, la question de l’éradication du choléra. « Il a réitéré son appui à la nouvelle approche de la lutte pour l’éradication du choléra, présentée par le secrétaire général de l’ONU en décembre 2016 », a-t-il fait savoir, soulignant que le chef de l’État a aussi fait part de ses préoccupations pour le faible pourcentage des contributions reçues pour le fonds du choléra. « Moins de trois millions de dollars  contre les 400 millions prévus. »

 

Pour sa part, le président du Conseil de sécurité Sacha Sergio Llorenty Soliz a exprimé sa gratitude de l’hospitalité des autorités haïtiennes vis-à-vis de la délégation. « Nous avons eu une réunion absolument fructueuse avec le président. Nous avons appris quelle vision il avait pour le pays. Maintenant que le pays connait la stabilité, nous avons appris quelles étaient les difficultés qu’ils devraient encore surmonter », a-t-il fait savoir. 

 

Sacha Sergio Llorenty Soliz  indique plus loin que la délégation a souligné que le Conseil de sécurité était en Haïti pour réaffirmer son soutien au peuple et au gouvernement haïtiens. « Le Conseil a récemment adopté la résolution 2350. Et nous voulions venir ici pour évaluer sa mise en œuvre, ce en mettant l’accent sur la clôture réussie de la MINUSTAH et la transition vers la MINUJUSTH. Nous voulions également examiner les conditions nécessaires à la mise en œuvre réussie du mandat de cette nouvelle mission », a-t-il expliqué, indiquant avoir écouté le président et avoir beaucoup appris. 

 

Le président du Conseil de sécurité indique par ailleurs que d’autres questions et des difficultés que connaît Haiti ont été également abordées durant cette rencontre. « Nous avons parlé de la gouvernance, de la coopération internationale, du changement climatique, etc. », résume-t-il, soulignant que le conseil continuera à coopérer avec le gouvernement haïtien dans le but d’atteindre des objectifs communs.

 

Après avoir rencontré le gouvernement, le Conseil de sécurité discutera aussi, durant son séjour, avec des secteurs de la société haïtienne, des parlementaires, des représentants de l’équipe de pays des Nations unies, des institutions spécialisées, le Conseil supérieur de la Police nationale, des représentants du secteur privé, etc. « Nous sommes venus ici pour écouter et pour mieux comprendre les besoins d’Haïti pour parvenir au développement. Evidemment, ce sera un processus qui sera marqué par une prise en charge nationale », estime-t-il. 

 

Jean Daniel Senat source le nouvelliste


Commentaire :





Ecouter la radio Petit-Goavien



bios BIOS (Bloc D'innovateur Pour L'optimisation d'un Systeme)

Veuillez Nous Contacter pour toutes les services Informatique (Création de site internet, Création d'application bureautique et Mobile, Maintenance etc...)

Visiter Notre Site Web